Milan Cuisine http://milancuisine.ca Just another WordPress site Wed, 12 Nov 2014 14:37:17 +0000 fr-FR hourly 1 http://wordpress.org/?v=3.7.1 Lena – le rouleau à pâtisserie signé Milan http://milancuisine.ca/lena-rouleau-patisserie-signe-milan/ http://milancuisine.ca/lena-rouleau-patisserie-signe-milan/#comments Thu, 06 Nov 2014 04:59:42 +0000 http://milancuisine.ca/?p=1015 The post Lena – le rouleau à pâtisserie signé Milan appeared first on Milan Cuisine.

]]>

The post Lena – le rouleau à pâtisserie signé Milan appeared first on Milan Cuisine.

]]>
http://milancuisine.ca/lena-rouleau-patisserie-signe-milan/feed/ 0
Société – Orignal: pour une gastronomie québécoise de proximité http://milancuisine.ca/societe-orignal-gastronomie-quebecoise-proximite/ http://milancuisine.ca/societe-orignal-gastronomie-quebecoise-proximite/#comments Mon, 03 Nov 2014 15:36:12 +0000 http://milancuisine.ca/?p=1008 Par Maryse Boyce Société – Orignal, c’est un projet un peu fou qui est créé en 2011 par deux routiers de la restauration, Alex Cruz et Cyril Gonzales. Désirant à la fois travailler avec les agriculteurs afin de développer des produits en marge de leur production habituelle et faire connaître ces produits originaux aux restaurateurs, les deux hommes ont su créer un besoin et y répondre. Portrait d’une compagnie qui n’a pas son pareil avec Cyril Gonzales. Lorsqu’ils fondent leur entreprise, Gonzales et Cruz font tout ensemble, allant à la rencontre des agriculteurs et les restaurateurs et travaillant fort pour développer trois marchés: Montréal, Toronto et New York, tous accessibles dans un rayon de 6h de voiture. Trois ans plus tard, ils comptent 15 employés et travaillent avec une quarantaine de familles agricoles. Leur philosophie reste la même, Cyril la voyant comme la principale raison de leur succès: « Si tu ne rencontres pas les gens, c’est dur de bâtir des relations de confiance, de bâtir à long terme. Donc c’est pour ça que depuis le début, on a toujours insisté sur la relation de un à un ». Une formule gagnante, qui leur permet de croître sur des bases solides: « Les liens qu’on a avec ceux du début, ils sont toujours aussi forts, et c’est eux qui nous permettent de gravir autour de ce qui se passe, raconte-t-il depuis les bureaux de la compagnie dans Rosemont. C’est pour ça qu’on essaie maintenant d’y aller petit à petit. Aussi, l’idée, c’est que si ça va bien avec une personne, et qu’on est capable de diversifier plus avec elle, ben tant mieux. On développe plus de projets. » Société – Orignal offre six grandes lignes de produits: développement des produits de la pêche, la « Maquereau économie, qui comme son nom l’indique, comprend de nombreux défis »; produits laitiers (regroupés sous la bannière joliement nommée « Run de lait »); la chasse-gardée, qui comprend tous les produits sauvages (« parce qu’on trouve important de développer ce côté sauvage-là, explique Cyril, mentionnant que c’est quelque chose qu’on a perdu »); les fruits et légumes, où la compagnie mise sur des produits méconnus ou différents, fidèle à son créneau; les produits secs, qui comprennent huiles, vinaigres et miels; finalement, la volaille. En développant des projets avec les agriculteurs à partir de ce qu’ils produisent déjà, « ça ne change pas grand chose à ce qu’ils font; nous ce qu’on essaie, c’est de diversifier à côté. Donc tout le marché local garde le même produit qu’il a déjà; nous on vient leur apporter un extra à côté de revenus qu’ils n’auraient probablement pas fait. Développer depuis la Gaspésie [les marchés de] Montréal, Toronto, New York, c’est difficile. Nous, c’est notre force, on est bien là-dedans: on a travaillé tout le temps dans la restauration, donc on a déjà ce réseau de contacts. » C’est ainsi qu’ils ont développé le miel Classe ouvrière, un miel de printemps de Gaspésie très goûteux à la finale saline qui fait un tabac chez les restaurateurs, et qui est produit en marge du miel d’été du producteur, déjà populaire dans son marché local. Difficile de rester de glace lorsque Cyril expose les (nombreux) projets de l’entreprise. Devant ce que la compagnie considère comme un terroir fertile en possibilités de toutes sortes, Société – Original réagit avec ce qui fait sa force: « L’enthousiasme: de développer, de créer et de représenter le Québec ». Pour lui, la gastronomie québécoise n’est pas un mythe: « On dit toujours que le Québec n’a pas d’histoire gastronomique: y en a une, c’est juste qu’on ne se la transmet pas. Les autochtones cultivaient 40 sortes de courges, du maïs, et faisaient de la polenta – ça s’appelait de la sagamité, et ils faisaient ça bien avant les Italiens! » Inutile de dire que Société – Orignal s’est donné comme mission de rafraîchir notre mémoire gastronomique, et d’y ajouter de nouveaux éléments. Parmi les projets à venir pour la compagnie, l’ouverture d’une épicerie de quartier est envisagée pour le printemps prochain. Le commerce de proximité leur permettrait de développer davantage la gamme des produits transformés, mis sur la glace pour le moment puisque les restaurateurs préfèrent les produits bruts pour faire la transformation eux-mêmes. L’épicerie permettrait également d’assurer une plus grande flexibilité financière à Société – Orignal, qui se retrouve souvent entre l’arbre et l’écorce quand vient le moment des paiements : « D’un côté, les agriculteurs qu’[on] veu[t] payer le plus vite possible, et les restaurateurs qui étirent le plus possible » le règlement des factures. En plus de continuer à développer de nouveaux produits, notamment en Abitibi l’année prochaine, Cyril Gonzales souhaite à long terme développer une coopérative de transport pour différents bassins d’agriculteurs: « On a un gros casse-tête de logistique avec les entreprises en région, parce qu’il y a très peu de transport qui se fait. On a remarqué que c’est pour ça que les régions ont du mal à se développer: il n’y a pas de transport pour venir développer leurs produits, donc ils se retrouvent pris avec ça. » Notre gastronomie est donc entre bonnes mains avec Société Orignal, qui continuera d’arpenter le terroir québécois à la recherche d’excitation pour les papilles. À découvrir sans modération, pour pouvoir partager leur enthousiasme. Société-Orignal site officiel | facebook | instagram Crédits photos: Maryse Boyce

The post Société – Orignal: pour une gastronomie québécoise de proximité appeared first on Milan Cuisine.

]]>
sky-couteaudechef

Par Maryse Boyce

Société – Orignal, c’est un projet un peu fou qui est créé en 2011 par deux routiers de la restauration, Alex Cruz et Cyril Gonzales. Désirant à la fois travailler avec les agriculteurs afin de développer des produits en marge de leur production habituelle et faire connaître ces produits originaux aux restaurateurs, les deux hommes ont su créer un besoin et y répondre. Portrait d’une compagnie qui n’a pas son pareil avec Cyril Gonzales.


Lorsqu’ils fondent leur entreprise, Gonzales et Cruz font tout ensemble, allant à la rencontre des agriculteurs et les restaurateurs et travaillant fort pour développer trois marchés: Montréal, Toronto et New York, tous accessibles dans un rayon de 6h de voiture. Trois ans plus tard, ils comptent 15 employés et travaillent avec une quarantaine de familles agricoles. Leur philosophie reste la même, Cyril la voyant comme la principale raison de leur succès: « Si tu ne rencontres pas les gens, c’est dur de bâtir des relations de confiance, de bâtir à long terme. Donc c’est pour ça que depuis le début, on a toujours insisté sur la relation de un à un ». Une formule gagnante, qui leur permet de croître sur des bases solides: « Les liens qu’on a avec ceux du début, ils sont toujours aussi forts, et c’est eux qui nous permettent de gravir autour de ce qui se passe, raconte-t-il depuis les bureaux de la compagnie dans Rosemont. C’est pour ça qu’on essaie maintenant d’y aller petit à petit. Aussi, l’idée, c’est que si ça va bien avec une personne, et qu’on est capable de diversifier plus avec elle, ben tant mieux. On développe plus de projets. »

Société – Orignal offre six grandes lignes de produits: développement des produits de la pêche, la « Maquereau économie, qui comme son nom l’indique, comprend de nombreux défis »; produits laitiers (regroupés sous la bannière joliement nommée « Run de lait »); la chasse-gardée, qui comprend tous les produits sauvages (« parce qu’on trouve important de développer ce côté sauvage-là, explique Cyril, mentionnant que c’est quelque chose qu’on a perdu »); les fruits et légumes, où la compagnie mise sur des produits méconnus ou différents, fidèle à son créneau; les produits secs, qui comprennent huiles, vinaigres et miels; finalement, la volaille.

IMG_6101

En développant des projets avec les agriculteurs à partir de ce qu’ils produisent déjà, « ça ne change pas grand chose à ce qu’ils font; nous ce qu’on essaie, c’est de diversifier à côté. Donc tout le marché local garde le même produit qu’il a déjà; nous on vient leur apporter un extra à côté de revenus qu’ils n’auraient probablement pas fait. Développer depuis la Gaspésie [les marchés de] Montréal, Toronto, New York, c’est difficile. Nous, c’est notre force, on est bien là-dedans: on a travaillé tout le temps dans la restauration, donc on a déjà ce réseau de contacts. » C’est ainsi qu’ils ont développé le miel Classe ouvrière, un miel de printemps de Gaspésie très goûteux à la finale saline qui fait un tabac chez les restaurateurs, et qui est produit en marge du miel d’été du producteur, déjà populaire dans son marché local.
IMG_6088
Difficile de rester de glace lorsque Cyril expose les (nombreux) projets de l’entreprise. Devant ce que la compagnie considère comme un terroir fertile en possibilités de toutes sortes, Société – Original réagit avec ce qui fait sa force: « L’enthousiasme: de développer, de créer et de représenter le Québec ». Pour lui, la gastronomie québécoise n’est pas un mythe: « On dit toujours que le Québec n’a pas d’histoire gastronomique: y en a une, c’est juste qu’on ne se la transmet pas. Les autochtones cultivaient 40 sortes de courges, du maïs, et faisaient de la polenta – ça s’appelait de la sagamité, et ils faisaient ça bien avant les Italiens! » Inutile de dire que Société – Orignal s’est donné comme mission de rafraîchir notre mémoire gastronomique, et d’y ajouter de nouveaux éléments.

bb-patriziofrParmi les projets à venir pour la compagnie, l’ouverture d’une épicerie de quartier est envisagée pour le printemps prochain. Le commerce de proximité leur permettrait de développer davantage la gamme des produits transformés, mis sur la glace pour le moment puisque les restaurateurs préfèrent les produits bruts pour faire la transformation eux-mêmes. L’épicerie permettrait également d’assurer une plus grande flexibilité financière à Société – Orignal, qui se retrouve souvent entre l’arbre et l’écorce quand vient le moment des paiements : « D’un côté, les agriculteurs qu’[on] veu[t] payer le plus vite possible, et les restaurateurs qui étirent le plus possible » le règlement des factures.

En plus de continuer à développer de nouveaux produits, notamment en Abitibi l’année prochaine, Cyril Gonzales souhaite à long terme développer une coopérative de transport pour différents bassins d’agriculteurs: « On a un gros casse-tête de logistique avec les entreprises en région, parce qu’il y a très peu de transport qui se fait. On a remarqué que c’est pour ça que les régions ont du mal à se développer: il n’y a pas de transport pour venir développer leurs produits, donc ils se retrouvent pris avec ça. »

Notre gastronomie est donc entre bonnes mains avec Société Orignal, qui continuera d’arpenter le terroir québécois à la recherche d’excitation pour les papilles. À découvrir sans modération, pour pouvoir partager leur enthousiasme.

Société-Orignal
site officiel | facebook | instagram
Crédits photos: Maryse Boyce

IMG_6086

The post Société – Orignal: pour une gastronomie québécoise de proximité appeared first on Milan Cuisine.

]]>
http://milancuisine.ca/societe-orignal-gastronomie-quebecoise-proximite/feed/ 0
Rencontre avec Christelle Tanielian, une blogueuse qui « flabbergaste »! http://milancuisine.ca/rencontre-christelle-tanielian-blogueuse-flabbergaste/ http://milancuisine.ca/rencontre-christelle-tanielian-blogueuse-flabbergaste/#comments Mon, 20 Oct 2014 02:23:32 +0000 http://milancuisine.ca/?p=996 Par Maryse Boyce Christelle Tanielian est blogueuse gourmande avec son populaire Christelle is flabbergasting, chroniqueuse culinaire à La Presse, directrice artistique, photographe et styliste culinaire. Loin de s’arrêter là, elle fera paraître son premier livre de cuisine, Ensemble, cuisine gourmande et colorée, le 20 octobre aux Éditions La Presse. Baron: Vous êtes arrivée à Montréal en 2008, et le premier billet de votre blog date de janvier de la même année. Pouvez-vous nous raconter comment Christelle is flabbergasting a commencé? Christelle Tanielian: Avant d’arriver à Montréal, j’habitais à Barcelone, en Espagne. J’avais l’habitude d’envoyer d’interminables courriels de nouvelles à mes amis en France, d’où je suis originaire. Je leur racontais ma vie d’expatriée, les hauts, les bas, les petites aventures du quotidien… un peu comme si on partageait un café ensemble mais par courriel. Je prenais vraiment plaisir à leur écrire (et eux à me lire… Enfin, c’est ce qu’ils me disaient!), ce qui nous permettait de garder le contact malgré la distance. Beaucoup me suggéraient de créer un blogue, et c’est ce que j’ai fait quand j’ai emménagé à Montréal. Au tout début, le blogue n’avait rien à voir avec la cuisine, mais très vite ma passion a pris le dessus! C’est par le biais de votre blog que La Presse vous a approché pour votre chronique L’Atelier de cuisine. Comment est-ce que cela a marqué un tournant dans votre carrière? Via mon blogue, j’avais déjà eu la chance de collaborer avec des publications web ou imprimées. La Presse m’a contacté à son tour pour une collaboration ponctuelle, puis une autre… À l’époque, je travaillais encore en agence comme directrice artistique et m’apprêtais à me lancer à la pige. J’ai démissionné un vendredi, et le lundi suivant, je recevais l’offre de La Presse pour collaborer régulièrement! Si j’avais une fibre ésotérique, je dirais que les étoiles étaient alignées! Cette collaboration m’a permis de me lancer entièrement dans ce que j’aimais faire, de m’amuser tout en continuant de m’améliorer, que ce soit dans l’écriture des recettes ou en photographie. Vous êtes également styliste et photographe culinaire. Comment réussissez-vous à combiner toutes vos activités? Est-ce que ça vous arrive, une fois à la maison, de pas vouloir toucher à un chaudron? Je me considère chanceuse de pouvoir tout faire: on m’approche autant pour la création de recettes, l’écriture, le stylisme ou la photographie… et j’aime justement cette diversité, même si ça demande beaucoup de travail et d’organisation! J’aime également collaborer avec d’autres stylistes ou photographes: on apprends toujours des autres et c’est également un bon moyen de se renouveler dans son travail. Mes journées peuvent parfois être très longues et, comme tout le monde, il y a des soirs où je rentre chez moi et où je n’ai pas envie de cuisiner! Par contre, je me surprends moi-même de voir à quel point l’envie revient vite. Je dois vraiment être complètement passionnée ou folle… ou les deux! Qu’est-ce qui vous passionne dans la cuisine? En quoi est-ce que Montréal est une bonne ville où vivre quand on est passionnée par la nourriture? Le partage est toujours ce qui m’a passionné dans la cuisine. Se réunir tous ensemble, en famille, entre amis, entre inconnus autour d’une table et manger un bon repas! Je suis curieuse de nature et passionnée de voyages: j’adore découvrir de nouveaux ingrédients, des recettes d’autres pays, d’autres cultures, c’est toujours tellement enrichissant. Montréal est la ville parfaite pour ça: une des meilleures même! On peut vraiment trouver quantité d’ingrédients de toutes les origines et de tous pays. Elle regorge d’épiceries spécialisées et de restaurants tous plus créatifs les uns que les autres. J’aime vraiment cette ville et je suis bien contente d’avoir choisi d’y vivre! À quoi ressemble une journée typique dans la vie de Christelle? Ça commence toujours par appuyer beaucoup trop de fois sur la touche “snooze” de mon réveil, j’ai dû être un genre de mi-opossum mi-chat, dans une autre vie. Je me douche, je déjeune (je n’ai pas jamais pu sauter un déjeuner!) et depuis peu de temps, je marche jusque mon nouveau studio: la Centrale culinaire, un espace créatif et collaboratif, dans le Mile End, à Montréal. Je travaillais dans mon studio à la maison, et ça faisait longtemps que je cherchais un espace qui me permette vraiment de séparer vie personnelle et professionnelle. Ensuite, je peux aussi bien être devant l’ordinateur à travailler des photographies, écrire mes chroniques ou un billet de blogue, répondre à des courriels, qu’en cuisine à tester et cuisiner de nouvelles recettes ou en studio à prendre mes photos… sans oublier une dose quotidienne de réseaux sociaux: j’adore échanger avec mes lecteurs! Je mets un point d’honneur à me garder du temps pour un lunch entre amis, un 5 à 7, un cours de yoga ou nager à la piscine (où je n’ai pas mis les pieds depuis au moins 6 mois, mais laissez-moi me raconter des histoires) même si je n’y arrive pas tout le temps… Je dois apprendre à décrocher, mais ce n’est pas toujours évident! Vous lancez dans les prochains jours votre premier livre de recettes. Qu’est-ce qui vous a poussé dans une telle aventure? Qu’est-ce qui fait de votre livre un livre unique? J’écris sur mon blogue depuis plus de 6 ans, et c’est sûr qu’après tout ce temps, on me demandait souvent quand est-ce que j’allais écrire un livre. J’avais déjà reçu des propositions, mais je ne me sentais pas vraiment prête. Je voulais prendre mon temps et faire les choses bien. Mon livre Ensemble, cuisine gourmande et colorée m’a vraiment été inspiré par les lecteurs de La Presse et de mon blogue. En effet, beaucoup de lecteurs m’écrivent pour me demander des recettes qui ont déjà été publiées dans L’Atelier de cuisine, ma chronique dans le cahier Gourmand de La Presse, mais dont ils ont perdu la page ou ne retrouvent pas le lien dans La Presse+. Dans le livre, on retrouve donc une moitié de recettes qui ont déjà été publiées dans le journal: mes préférées […]

The post Rencontre avec Christelle Tanielian, une blogueuse qui « flabbergaste »! appeared first on Milan Cuisine.

]]>
cristelle

sky-couteaudechef

Par Maryse Boyce

Christelle Tanielian est blogueuse gourmande avec son populaire Christelle is flabbergasting, chroniqueuse culinaire à La Presse, directrice artistique, photographe et styliste culinaire. Loin de s’arrêter là, elle fera paraître son premier livre de cuisine, Ensemble, cuisine gourmande et colorée, le 20 octobre aux Éditions La Presse.

Baron: Vous êtes arrivée à Montréal en 2008, et le premier billet de votre blog date de janvier de la même année. Pouvez-vous nous raconter comment Christelle is flabbergasting a commencé?
Christelle Tanielian: Avant d’arriver à Montréal, j’habitais à Barcelone, en Espagne. J’avais l’habitude d’envoyer d’interminables courriels de nouvelles à mes amis en France, d’où je suis originaire.

Je leur racontais ma vie d’expatriée, les hauts, les bas, les petites aventures du quotidien… un peu comme si on partageait un café ensemble mais par courriel. Je prenais vraiment plaisir à leur écrire (et eux à me lire… Enfin, c’est ce qu’ils me disaient!), ce qui nous permettait de garder le contact malgré la distance.

Beaucoup me suggéraient de créer un blogue, et c’est ce que j’ai fait quand j’ai emménagé à Montréal. Au tout début, le blogue n’avait rien à voir avec la cuisine, mais très vite ma passion a pris le dessus!

Christelle_parJulie Artacho

C’est par le biais de votre blog que La Presse vous a approché pour votre chronique L’Atelier de cuisine. Comment est-ce que cela a marqué un tournant dans votre carrière?
Via mon blogue, j’avais déjà eu la chance de collaborer avec des publications web ou imprimées. La Presse m’a contacté à son tour pour une collaboration ponctuelle, puis une autre… À l’époque, je travaillais encore en agence comme directrice artistique et m’apprêtais à me lancer à la pige. J’ai démissionné un vendredi, et le lundi suivant, je recevais l’offre de La Presse pour collaborer régulièrement! Si j’avais une fibre ésotérique, je dirais que les étoiles étaient alignées!
Cette collaboration m’a permis de me lancer entièrement dans ce que j’aimais faire, de m’amuser tout en continuant de m’améliorer, que ce soit dans l’écriture des recettes ou en photographie.

Vous êtes également styliste et photographe culinaire. Comment réussissez-vous à combiner toutes vos activités? Est-ce que ça vous arrive, une fois à la maison, de pas vouloir toucher à un chaudron?
Je me considère chanceuse de pouvoir tout faire: on m’approche autant pour la création de recettes, l’écriture, le stylisme ou la photographie… et j’aime justement cette diversité, même si ça demande beaucoup de travail et d’organisation!
J’aime également collaborer avec d’autres stylistes ou photographes: on apprends toujours des autres et c’est également un bon moyen de se renouveler dans son travail.
Mes journées peuvent parfois être très longues et, comme tout le monde, il y a des soirs où je rentre chez moi et où je n’ai pas envie de cuisiner! Par contre, je me surprends moi-même de voir à quel point l’envie revient vite. Je dois vraiment être complètement passionnée ou folle… ou les deux!

Qu’est-ce qui vous passionne dans la cuisine? En quoi est-ce que Montréal est une bonne ville où vivre quand on est passionnée par la nourriture?

Le partage est toujours ce qui m’a passionné dans la cuisine. Se réunir tous ensemble, en famille, entre amis, entre inconnus autour d’une table et manger un bon repas! Je suis curieuse de nature et passionnée de voyages: j’adore découvrir de nouveaux ingrédients, des recettes d’autres pays, d’autres cultures, c’est toujours tellement enrichissant. Montréal est la ville parfaite pour ça: une des meilleures même! On peut vraiment trouver quantité d’ingrédients de toutes les origines et de tous pays. Elle regorge d’épiceries spécialisées et de restaurants tous plus créatifs les uns que les autres. J’aime vraiment cette ville et je suis bien contente d’avoir choisi d’y vivre!

À quoi ressemble une journée typique dans la vie de Christelle?
Ça commence toujours par appuyer beaucoup trop de fois sur la touche “snooze” de mon réveil, j’ai dû être un genre de mi-opossum mi-chat, dans une autre vie.
Je me douche, je déjeune (je n’ai pas jamais pu sauter un déjeuner!) et depuis peu de temps, je marche jusque mon nouveau studio: la Centrale culinaire, un espace créatif et collaboratif, dans le Mile End, à Montréal. Je travaillais dans mon studio à la maison, et ça faisait longtemps que je cherchais un espace qui me permette vraiment de séparer vie personnelle et professionnelle.

Ensuite, je peux aussi bien être devant l’ordinateur à travailler des photographies, écrire mes chroniques ou un billet de blogue, répondre à des courriels, qu’en cuisine à tester et cuisiner de nouvelles recettes ou en studio à prendre mes photos… sans oublier une dose quotidienne de réseaux sociaux: j’adore échanger avec mes lecteurs!

Je mets un point d’honneur à me garder du temps pour un lunch entre amis, un 5 à 7, un cours de yoga ou nager à la piscine (où je n’ai pas mis les pieds depuis au moins 6 mois, mais laissez-moi me raconter des histoires) même si je n’y arrive pas tout le temps… Je dois apprendre à décrocher, mais ce n’est pas toujours évident!
Christelle_Ensemble_72dpi
Vous lancez dans les prochains jours votre premier livre de recettes. Qu’est-ce qui vous a poussé dans une telle aventure? Qu’est-ce qui fait de votre livre un livre unique?
J’écris sur mon blogue depuis plus de 6 ans, et c’est sûr qu’après tout ce temps, on me demandait souvent quand est-ce que j’allais écrire un livre. J’avais déjà reçu des propositions, mais je ne me sentais pas vraiment prête. Je voulais prendre mon temps et faire les choses bien.

Mon livre Ensemble, cuisine gourmande et colorée m’a vraiment été inspiré par les lecteurs de La Presse et de mon blogue. En effet, beaucoup de lecteurs m’écrivent pour me demander des recettes qui ont déjà été publiées dans L’Atelier de cuisine, ma chronique dans le cahier Gourmand de La Presse, mais dont ils ont perdu la page ou ne retrouvent pas le lien dans La Presse+.

Dans le livre, on retrouve donc une moitié de recettes qui ont déjà été publiées dans le journal: mes préférées ou les plus plébiscitées des lecteurs, et une autre moitié de recettes inédites. Toutes ont la pointe d’originalité qui me caractérise et sont très influencées par mes voyages et mes origines: ma meilleure source d’inspiration!

Au tout début du projet, j’ai voulu trouver un “concept” ou “un angle inédit”, mais en cuisine, comme dans beaucoup d’autres domaines, on a souvent l’impression que tout a déjà été fait. Je me suis également rendue compte que la meilleure façon que j’avais de rendre ce livre unique était de le faire à mon image: on y retrouve donc le ton de mon écriture auquel les lecteurs sont habitués, des recettes savoureuses et gourmandes pour toutes les occasions, en plus de mes photographies.

Enfin, je ne voulais pas d’un livre qui prenne la poussière sur la table basse du salon, mais d’un livre qu’on ouvre pour chercher une recette quand on a un ingrédient sous la main ou une soudaine envie de pâtes, de pizza ou de sucré! J’espère sincèrement que les personnes cuisinent avec le livre, le tachent, le cornent, le prêtent, invitent plein d’amis à leur table… bref, qu’ils le fassent vivre: c’est la meilleure récompense pour un auteur!

bb-patriziofrQuels sont vos projets dans les prochaines semaines/mois?

Côté personnel, aller boire beaucoup de cafés avec mes amis! C’était une grosse année de travail: créer les recettes du livre, les écrire et les photographier m’a vraiment demandé beaucoup d’énergie et je suis contente de voir que le projet se concrétise enfin.

Côté professionnel, je signe le stylisme et les photographies d’un livre de cuisine végétarienne anglaise qui vient tout juste de sortir en France (Royaume-Uni, aux éditions la Plage), je poursuis mon travail de photographe culinaire pour mes divers clients, je continue de signer ma chronique L’Atelier de cuisine, les jeudis et samedis, dans La Presse et La Presse +, et surtout j’aimerais reprendre deux projets que j’ai laissé un peu de côté le temps de couver le gros bébé qui sort bientôt: m’investir auprès d’un organisme communautaire et finir de mettre en place un projet centré autour du partage, du voyage et de la nourriture… Vous en saurez plus bientôt!

www.christelleisflabbergasting.com

Ensemble, cuisine gourmande et colorée: Éditions La Presse, disponible dès le 20 octobre 2014.

Lancement le 21 octobre au FoodLab de la SAT (1201 St-Laurent, Montréal) | événement facebook

Crédit photo principale: Recadrage de la couverture du livre Ensemble, cuisine gourmande et colorée
Crédit photo Christelle Tanielian: Julie Artacho
Crédit photo de la couverture du livre: Christelle Tanielian

The post Rencontre avec Christelle Tanielian, une blogueuse qui « flabbergaste »! appeared first on Milan Cuisine.

]]>
http://milancuisine.ca/rencontre-christelle-tanielian-blogueuse-flabbergaste/feed/ 0
Milan visite Milan http://milancuisine.ca/milan-visite-milan/ http://milancuisine.ca/milan-visite-milan/#comments Fri, 07 Feb 2014 19:27:45 +0000 http://milancuisine.ca/?p=630 Tony Gaudette, le designer et fondateur de Milan, a récemment été invité dans la belle ville de Milan, en Italie, pour récupérer le prix de la 13e édition grandesignEtico. En effet, le rouleau à pâtissier LENA a retenu l’attention du jury et s’est vu mériter cet honneur. GrandesignEtico récompense les projets qui se démarquent sur la scène mondiale par la qualité du design, l’ergonomie, la fonctionnalité, l’innovation et le marketing.  Ce dernier ainsi que 22 autres designers internationaux ont été nominés dans différentes catégories. Cette opportunité lui a permis de faire d’intéressantes rencontres et d’échanger sur le design. Il a également rencontré l’équipe derrière BULTHAUP, entreprise connue dans le monde entier pour l’architecture de ses espaces intérieurs. L’architecture, l’innovation et la précision sont de valeurs fondatrices de la marque. C’est dans leur showroom, que les produits Milan sont présentement exposés, avec l’intention future de vendre la gamme complète de nos produits. Tony Gaudette a également eu le privilège de rencontrer et de discuter avec l’équipe de marketing d’Alessi. Leader mondial du design,  cette entreprise continue à travailler avec les designers et architectes les plus renommés. Une rencontre fort intéressante et inspirante. Un voyage fort inspirant et qui projette sans aucun doute de belles collaborations futures pour Milan.   Si vous souhaitez en apprendre plus : GrandesignEtico Bulthaup Alessi

The post Milan visite Milan appeared first on Milan Cuisine.

]]>
Tony Gaudette, le designer et fondateur de Milan, a récemment été invité dans la belle ville de Milan, en Italie, pour récupérer le prix de la 13e édition grandesignEtico. En effet, le rouleau à pâtissier LENA a retenu l’attention du jury et s’est vu mériter cet honneur. GrandesignEtico récompense les projets qui se démarquent sur la scène mondiale par la qualité du design, l’ergonomie, la fonctionnalité, l’innovation et le marketing.  Ce dernier ainsi que 22 autres designers internationaux ont été nominés dans différentes catégories. Cette opportunité lui a permis de faire d’intéressantes rencontres et d’échanger sur le design.

1

Il a également rencontré l’équipe derrière BULTHAUP, entreprise connue dans le monde entier pour l’architecture de ses espaces intérieurs. L’architecture, l’innovation et la précision sont de valeurs fondatrices de la marque. C’est dans leur showroom, que les produits Milan sont présentement exposés, avec l’intention future de vendre la gamme complète de nos produits.

2

2.1

2.2

Tony Gaudette a également eu le privilège de rencontrer et de discuter avec l’équipe de marketing d’Alessi. Leader mondial du design,  cette entreprise continue à travailler avec les designers et architectes les plus renommés. Une rencontre fort intéressante et inspirante.

3

Un voyage fort inspirant et qui projette sans aucun doute de belles collaborations futures pour Milan.

 

Si vous souhaitez en apprendre plus :

GrandesignEtico

Bulthaup

Alessi

The post Milan visite Milan appeared first on Milan Cuisine.

]]>
http://milancuisine.ca/milan-visite-milan/feed/ 0
Une réception des fêtes façon Gatsby http://milancuisine.ca/reception-fetes-facon-gatsby/ http://milancuisine.ca/reception-fetes-facon-gatsby/#comments Mon, 09 Dec 2013 19:08:46 +0000 http://milancuisine.ca/?p=589 À l’approche des fêtes, Simon Renaud partage avec nous les tendances thématiques pour les réceptions afin de vous inspirer pour vos propres soirées. «Une des tendances observée, est la thématique Gatsby. On fait un voyage dans le temps pour les fêtes en tenant une réception digne des années 20». L’époque où tous rêvait du fameux rêve américain et propice au relâchement des mœurs, à l’essor du jazz et  à l’enrichissement des contrebandiers d’alcool. C’est l’effervescence du New York des années 20. Bar à huîtres, blinis, champagne, petits gâteaux anglais.. On faisait dans la luxure et l’oppulence! Simon a eu quelques demandes pour cette thématique cette année et on voit la tendance s’étendre dans les boutiques également.  Voici quelques photos représentant bien cette thématique. À vous maintenant de laisser votre créativité.  

The post Une réception des fêtes façon Gatsby appeared first on Milan Cuisine.

]]>
À l’approche des fêtes, Simon Renaud partage avec nous les tendances thématiques pour les réceptions afin de vous inspirer pour vos propres soirées.

«Une des tendances observée, est la thématique Gatsby. On fait un voyage dans le temps pour les fêtes en tenant une réception digne des années 20». L’époque où tous rêvait du fameux rêve américain et propice au relâchement des mœurs, à l’essor du jazz et  à l’enrichissement des contrebandiers d’alcool. C’est l’effervescence du New York des années 20. Bar à huîtres, blinis, champagne, petits gâteaux anglais.. On faisait dans la luxure et l’oppulence!

Simon a eu quelques demandes pour cette thématique cette année et on voit la tendance s’étendre dans les boutiques également.  Voici quelques photos représentant bien cette thématique. À vous maintenant de laisser votre créativité.

menu

table

mousse au saumon

champignons farçis au crabe

oeufs hors d'oeuvres

 macarons

creme brulee

The post Une réception des fêtes façon Gatsby appeared first on Milan Cuisine.

]]>
http://milancuisine.ca/reception-fetes-facon-gatsby/feed/ 0
Milan était aux Gémeaux http://milancuisine.ca/milan-etait-aux-gemeaux/ http://milancuisine.ca/milan-etait-aux-gemeaux/#comments Fri, 20 Sep 2013 01:25:15 +0000 http://staging.milancuisine.ca/?p=151 Notre ambassadeur Simon Renaud était le chef d’orchestre du cocktail des Gémeaux, qui se tenait le 12 septembre dernier. En tout, 950 personnes ont pris part à l’événement qui suivait la soirée des prix Gémeaux. La nourriture était présenté sur les planches et plateaux de Milan. Une soirée prestigieuse où la bonne bouffe était à l’honneur, le tout accompagné d’une touche de glamour.

The post Milan était aux Gémeaux appeared first on Milan Cuisine.

]]>
Notre ambassadeur Simon Renaud était le chef d’orchestre du cocktail des Gémeaux, qui se tenait le 12 septembre dernier. En tout, 950 personnes ont pris part à l’événement qui suivait la soirée des prix Gémeaux. La nourriture était présenté sur les planches et plateaux de Milan.

Milan était aux Gémeaux

Une soirée prestigieuse où la bonne bouffe était à l’honneur, le tout accompagné d’une touche de glamour.

The post Milan était aux Gémeaux appeared first on Milan Cuisine.

]]>
http://milancuisine.ca/milan-etait-aux-gemeaux/feed/ 0
Le restaurant Chez Lévêque mandate Milan http://milancuisine.ca/le-restaurant-chez-leveque-mandate-milan/ http://milancuisine.ca/le-restaurant-chez-leveque-mandate-milan/#comments Wed, 28 Aug 2013 02:12:48 +0000 http://staging.milancuisine.ca/?p=156 Milan a récemment eu le plaisir de concevoir les nouveaux tabliers du restaurant Chez Lévêque. Nous sommes donc fiers de vous présenter le résultat final :

The post Le restaurant Chez Lévêque mandate Milan appeared first on Milan Cuisine.

]]>
Milan a récemment eu le plaisir de concevoir les nouveaux tabliers du restaurant Chez Lévêque. Nous sommes donc fiers de vous présenter le résultat final :

Blogue-2013-08-27-milan-chez-leveque-1

Blogue-2013-08-27-milan-chez-leveque-2

Blogue-2013-08-27-milan-chez-leveque-3

Blogue-2013-08-27-milan-chez-leveque-4

The post Le restaurant Chez Lévêque mandate Milan appeared first on Milan Cuisine.

]]>
http://milancuisine.ca/le-restaurant-chez-leveque-mandate-milan/feed/ 0
Raviolis maison pour les vacances http://milancuisine.ca/raviolis-maison-pour-les-vacances/ http://milancuisine.ca/raviolis-maison-pour-les-vacances/#comments Wed, 31 Jul 2013 11:58:20 +0000 http://staging.milancuisine.ca/?p=244 Simon Renaud s’est amusé en famille pendant ses vacances dans la cuisine avec les produits Milan. C’est avec l’aide du rouleau à pâte LENA que notre ambassadeur a fait de petits raviolis farçis au homard et foie gras, saisis de shiitake, herbes de son jardin et huile de truffe. Un beau souper en famille pendant une semaine de vacances remplie de soleil.

The post Raviolis maison pour les vacances appeared first on Milan Cuisine.

]]>
Simon Renaud s’est amusé en famille pendant ses vacances dans la cuisine avec les produits Milan. C’est avec l’aide du rouleau à pâte LENA que notre ambassadeur a fait de petits raviolis farçis au homard et foie gras, saisis de shiitake, herbes de son jardin et huile de truffe.

Un beau souper en famille pendant une semaine de vacances remplie de soleil.

Blogue-2013-07-31-ravioli-maison-1

Blogue-2013-07-31-ravioli-maison-2

Blogue-2013-07-31-ravioli-maison-3

Blogue-2013-07-31-ravioli-maison-4

Blogue-2013-07-31-ravioli-maison-5

The post Raviolis maison pour les vacances appeared first on Milan Cuisine.

]]>
http://milancuisine.ca/raviolis-maison-pour-les-vacances/feed/ 0
Tous à vos barbecue! http://milancuisine.ca/tous-a-vos-barbecue/ http://milancuisine.ca/tous-a-vos-barbecue/#comments Fri, 28 Jun 2013 12:23:37 +0000 http://staging.milancuisine.ca/?p=252 Le Hyatt révélait récemment son menu estival et Simon Reanud, notre ambassadeur, en a profité pour utiliser les planches Milan et s’amuser un peu avec un des plats suggéré au menu: Le plateau de grillades! Un succulent morceau de bavette Angus grillé sur confiture d’échalote, suivi d’un mi- cuit de thon rouge provenant de pêches éco-responsables et finalement d’un morceau de carré d’agneau sur salade de légumes racines, le tout accompagné d’un espuma à l’avocat épicé.

The post Tous à vos barbecue! appeared first on Milan Cuisine.

]]>
Le Hyatt révélait récemment son menu estival et Simon Reanud, notre ambassadeur, en a profité pour utiliser les planches Milan et s’amuser un peu avec un des plats suggéré au menu: Le plateau de grillades!

Un succulent morceau de bavette Angus grillé sur confiture d’échalote, suivi d’un mi- cuit de thon rouge provenant de pêches éco-responsables et finalement d’un morceau de carré d’agneau sur salade de légumes racines, le tout accompagné d’un espuma à l’avocat épicé.

Blogue-2013-06-28-tous-bbq-1

Blogue-2013-06-28-tous-bbq-2

Blogue-2013-06-28-tous-bbq-3

Blogue-2013-06-28-tous-bbq-4

The post Tous à vos barbecue! appeared first on Milan Cuisine.

]]>
http://milancuisine.ca/tous-a-vos-barbecue/feed/ 0
Les planches Milan sont au Barraca http://milancuisine.ca/les-planches-milan-au-barraca/ http://milancuisine.ca/les-planches-milan-au-barraca/#comments Fri, 14 Jun 2013 12:31:02 +0000 http://staging.milancuisine.ca/?p=259 Milan vous donne rendez-vous au Barraca! En effet, le Barraca utilise les plateaux de présentation Milan pour servir ces plats de tapas. Milan a donc conçu un plateau de présentation spécialement pour l’occasion, fait en érable du Québec et d’une dimension de 18 x 6 pouces. Ça donne faim tout ça, non? Une bonne raison de venir déguster les tapas du Barraca. Au plaisir de vous y voir ! Barraca rhumerie & tapas http://barraca.ca 1134 Mont-Royal Est., Montréal (qc), H2J 1X8

The post Les planches Milan sont au Barraca appeared first on Milan Cuisine.

]]>
Milan vous donne rendez-vous au Barraca! En effet, le Barraca utilise les plateaux de présentation Milan pour servir ces plats de tapas.

Milan a donc conçu un plateau de présentation spécialement pour l’occasion, fait en érable du Québec et d’une dimension de 18 x 6 pouces. Ça donne faim tout ça, non?

Blogue-2013-06-milan-au-barraca-1

Blogue-2013-06-milan-au-barraca-2

Blogue-2013-06-milan-au-barraca-3

Blogue-2013-06-milan-au-barraca-4

Une bonne raison de venir déguster les tapas du Barraca. Au plaisir de vous y voir !

Barraca rhumerie & tapas
http://barraca.ca
1134 Mont-Royal Est., Montréal (qc), H2J 1X8

The post Les planches Milan sont au Barraca appeared first on Milan Cuisine.

]]>
http://milancuisine.ca/les-planches-milan-au-barraca/feed/ 0